Le président de la République entame vendredi une visite officielle en Afrique du Sud | Sahara Press Service

Chahid El Hafed, 06 jan 2016 (SPS) Le président de la République et SG du Front Polisario, Brahim Ghali, entame vendredi une visite officielle de trois jours en Afrique du Sud, à l’invitation de son homologue sud-africain, Jacob Zuma.

Le Chef de l’Etat est accompagné du ministre des affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, ministre de la Coopération, Boulahi Sid, ministre d’État à la Sécurité et la Documentation, Brahim Ahmed Mahmoud et la SG de l’Union nationale des femmes sahraouies, Fatma El Mehdi.

“La visite de M. Brahim Ghali en Afrique du Sud est importante car elle intervient au moment où nous venons de célébrer le 40e anniversaire de la proclamation de la RASD”, créée en 1976, et survient aussi “au moment où l’occupation illégale du Sahara occidental par le royaume du Maroc se poursuit”, a annoncé la ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Maite Nkoana-Mashabane, dans un communiqué.

Le séjour du président M. Ghali en Afrique du Sud constitue également “un signal fort de soutien inébranlable de Pretoria au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination” et a également pour objectif de “renforcer davantage et consolider les relations entre les deux pays”, lit-on dans le texte.

“L’Afrique du Sud maintient sa position de principe soutenant le droit des Sahraouis à l’autodétermination conformément à la charte des Nations unies et à l’acte constitutif de l’Union africaine (UA)”, a ajouté la chef de la diplomatie sud-africaine, soulignant, dans le même ordre d’idées, l'”intensification de la solidarité” de Pretoria avec le Front Polisario.

Mme Nkoana-Mashabane a, en outre, rappelé dans le document que l’Afrique du Sud avait décidé, en septembre 2004, de reconnaître la RASD “quand le Maroc a montré clairement son refus d’organiser un référendum d’autodétermination au Sahara occidental en violation de la résolution 1495 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée en 2003”.

Elle a, par ailleurs, exprimé la “grande préoccupation” de l’Afrique du Sud face à la persistance de la souffrance du peuple sahraoui qui lutte pour l’autodétermination.

L’Afrique du Sud a fait également part de son “inquiétude” par rapport à l’absence de progrès en vue d’un règlement du conflit au Sahara occidental, conformément à la légalité internationale.

L’Afrique du Sud soutient aussi l’appel lancé par l’Union africaine (UA) à l’Assemblée générale de l’ONU pour “fixer une date” pour l’organisation du référendum d’autodétermination, comme énoncé dans l’avis consultatif du 16 octobre 1975 de la Cour internationale de justice, a-t-elle ajouté.

Dans ce contexte, Pretoria “continuera à soutenir les efforts de l’envoyé spécial de l’UA pour le Sahara occidental, l’ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano, qui a examiné, l’année passée, avec de hauts responsables du Conseil de sécurité de l’ONU, les moyens de trouver une solution juste et durable garantissant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination”, a rappelé Mme Maite Nkoana-Mashabane.

“L’Afrique a une responsabilité morale et politique de contribuer à trouver des solutions aux conflits dans le continent”, a indiqué la ministre, avant de souligner le “rôle majeur” que doit jouer le continent en soutien aux efforts internationaux.(SPS)

Origen: Le président de la République entame vendredi une visite officielle en Afrique du Sud | Sahara Press Service

Esta entrada fue publicada en Sin categoría. Guarda el enlace permanente.