L’Expression – Le Quotidien – Le Maroc sera-t-il rappelé à l’ordre?

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ SE PENCHE SUR LA QUESTION SAHRAOUIE

Pour une solution politique juste, durable, qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental

La réunion est programmée le 22 février alors que la composante de la Mission des Nations unies pour le Sahara occidental (Minurso), expulsée sur décision du souverain marocain, n’a toujours pas été pleinement rétablie.

Premier rendez-vous de l’année 2017 pour faire le point sur le conflit du Sahara occidental. Il intervient au moment où le roi du Maroc est en vadrouille en Afrique tandis que son pays traverse une crise politique larvée: les islamistes qui ont remporté les élections législatives d’octobre 2016 ne parviennent pas à former un nouveau gouvernement. Peu importe apparemment. Mohammed VI en monarque absolu tient la baraque. Il peut donc parader, faire la fête et même faire croire à son peuple qu’il le fait en terrain conquis. Il lui faudra remettre les pieds sur terre malgré lui. Les choses sérieuses commencent. Le Conseil de sécurité se penche sur la question sahraouie. La réunion est programmée pour le 22 février alors que la composante de la Mission des Nations unies pour le Sahara occidental (Minurso) expulsée sur décision du souverain marocain n’a toujours pas été pleinement rétablie. L’Organe exécutif de l’Organisation des Nations unies qui est chargé du maintien de la paix dans le monde a vainement lancé un appel en ce sens. Il a été relayé par les Etats-Unis qui ont soumis au Conseil de sécurité un projet de résolution sur le Sahara occidental qui exige «le rétablissement immédiat» des activités de la Minurso et le retour de son personnel civil expulsé par le Maroc. Le ministère britannique des Affaires étrangères a abondé dans le même sens. L’ambassadeur de la mission britannique à l’ONU, Matthew Rycroft, a exhorté le Maroc à coopérer avec l’ONU à même de permettre le retour effectif et total de la Minurso et s’est prononcé en faveur d’une solution politique durable et mutuellement acceptable pour le Sahara occidental, qui prévoit l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. L’Union européenne a, de son côté, réitéré son soutien aux efforts déployés par le secrétaire général des Nations unies pour parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes de la Charte des Nations unies tout en soulignant qu’elle «soutient la Minurso et son important mandat». Le souverain chérifien fait la sourde oreille et met le dossier sahraoui dans l’impasse. «Le processus de paix a été miné, et la Minurso a été l’une des victimes» de ce blocage a déclaré, le 16 février, le représentant du Front Polisario auprès de l’Organisation des Nations unies. Ahmed Boukhari a saisi l’occasion pour lancer un appel au nouveau secrétaire général des Nations unies, Antonio Guteress, pour «s’engager le plutôt possible dans le règlement de ce conflit afin de garantir le respect des résolutions de l’ONU et de sa mission pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso)». Il aura très probablement fort à faire. Le pouvoir marocain a radicalisé sa position vis-à-vis du conflit qui l’oppose au Front Polisario et ne montre aucun signe qui puisse indiquer qu’il a l’intention de céder ne serait-ce qu’un pouce des territoires qu’il a annexés en 1975. Ce que stipule l’Acte constitutif de l’Union africaine à laquelle vient d’adhérer le Maroc. Le Maroc ne «reconnaîtra jamais» la République arabe sahraouie démocratique (Rasd), a déclaré à la presse le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères. «Le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle continentale ne changera rien dans nos positions immuables concernant la marocanité du Sahara», a ajouté Nacer Bourita qui a qualifié la République sahraouie d’ «entité fantoche» dans un entretien publié le 5 février par le site d’info en ligne Le Desk. Que peut-on espérer de telles déclarations qui reflètent à la virgule près la position du trône alaouite par rapport à la question sahraouie? «J’espère que si le Maroc est prêt et qu’il ne s’adonne pas à un jeu à travers un agenda caché avec son adhésion à l’Union africaine (UA), cela peut contribuer à revigorer le processus de paix au niveau des Nations unies» a estimé Ahmed Boukhari, représentant du Polisario auprès des Nations unies. Tout indique pourtant que l’adhésion du royaume à l’UA n’est qu’un plan échafaudé par Mohammed VI pour en éjecter la Rasd et prendre sa revanche sur la sortie «déshonorante» de son pays de l’OUA (Organisation de l’unité africaine) en 1984.

Origen: L’Expression – Le Quotidien – Le Maroc sera-t-il rappelé à l’ordre?

Esta entrada fue publicada en Sin categoría. Guarda el enlace permanente.