Il n’y aura pas de Sommet UA-UE à Abdidjan sans la RASD (ministre des AE) | Sahara Press Service

Alger, 11 oct 2017 (SPS) La République arabe sahraouie démocratique (RASD) sera présente au Sommet Union africaine-Union européenne (UA-UE) prévu les 29 et 30 novembre prochain à Abidjan (Côte d’Ivoire), au même titre que tous les Etats membres de l’UA, sinon il n’y aura pas de Sommet entre l’UA et l’UE, a déclaré mercredi, à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek.

“La RASD participera au prochain Sommet UA-UE, sur le même pied d’égalité avec l’ensemble des Etats membres de l’UA”, a insisté M. Ould Salek dans une déclaration à l’APS en marge d’une conférence de presse qu’il a animée à Alger.

“Actuellement le Maroc, avec la complicité de la France, est en train de tout faire pour bloquer la participation de la RASD à la réunion de partenariat entre l’UA et l’UE prévu prochainement dans la capitale ivoirienne, mais ce sera un autre échec qu’il va essuyer”, a-t-il prévenu.

Pour étayer ses propos, le ministre sahraoui, a cité l’échec des tentatives marocaines visant à écarter la délégation sahraouie lors du 4e Sommet UA-Monde arabe, tenu novembre 2016 à Malabo (Guinée équatoriale), du 29e Sommet de l’UA, en juillet à Addis Abeba, en Ethiopie”, ou plus récemment encore lors le Sommet UA-Japon.

Invité par la presse à commenter la récente déclaration du ministre des Affaires étrangères Français, Jean-Yves Le Drian, au sujet du prochain Sommet UA-UE, qui avait dit au cours d’une conférence de presse : ” Nous voulons une solution de consensus et que seuls les Etats souverains participent à cette réunion de partenariat UA-UE”, le chef de la diplomatie sahraouie a souligné que “le fait d’aller dans le sens de la confusion, que le Maroc veut créer, c’est justement montrer la complicité de la France”.

S’interrogeant sur le “consensus” dont parle le ministre français, M. Ould Salek a expliqué qu'”étant donné que l’UA se réunit avec l’UE c’est une décision conjointe de deux organisations”, ajoutant qu’il ne s’agit pas là d'”un consensus”.

Le consensus, pour M. Ould Salek, est que “les deux organisations doivent se respecter, elles sont égales, l’UE a ses membres et l’UA a les siens aussi, aucune de ces deux organisations ne doit dire à l’autre d’exclure un de ses membres”.

Outre les entraves qu’elle a toujours mis et continue à mettre au niveau du Conseil de sécurité pour empêcher l’application des résolutions des Nations-Unies relatives au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, “la France exerce, à présent, des pressions sur la Côte d’Ivoire et sur les instances de l’UA afin de ‘virer’ une décision de l’UA qui consiste à faire respecter le droit de tous les Etats membres de l’Union africaine à participer à la réunion de partenariat”, a ajouté le ministre.

“C’est la France qui fait en sorte que soit transgressée la décision de la Cour de justice de l’UE (CJUE) qui avait établi le 21 décembre 2016 que le Sahara occidental est un territoire distinct et séparé du Maroc et que, par conséquent, les dispositions liant le Maroc à l’UE en vertu d’un accord agricole ne sont pas applicable aux produits issus de ce territoire non autonome”, a encore argumenté le chef de la diplomatie sahraouie.

“C’est cette même France, pays des droits de l’homme, qui s’oppose également à l’extension du mandat de la (mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental) Minurso à la surveillance des droits de l’homme”, a-t-il regretté.

L’UE et l’ UA se sont accordées sur la relabellisation du prochain Sommet entre Européens et Africains, prévu la fin novembre prochain “sommet UE-UA”.

Une importante délégation de l’UA, composée de plusieurs hauts responsables, dont le vice-président de la Commission de l’UA, Thomas Kwesi Quartey, et la présidente du Comité des représentants permanents auprès de l’UA (Corep), Sidibe Fatoumata Kaba, a séjourné du 14 au 16 septembre 2017 à Bruxelles.

Durant ce séjour, la délégation de l’UA a tenu, dans le cadre des travaux du comité conjoint chargé de préparer le 5e Sommet UE-UA, des réunions de travail avec le Groupe africain des ambassadeurs à Bruxelles et a eu des entretiens avec de hauts responsables du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), dont la Secrétaire générale du SEAE, Helga Schmid.

La délégation de l’UA a rappelé à cette occasion à la partie européenne que la question du format du prochain sommet UE-UA a été tranchée suite aux décisions adoptées par les chefs d’Etat africains, et que, par conséquent, le format de cette rencontre comprendra l’intégralité des pays représentés au sein de l’UA.

La délégation de l’UA a précisé à ce titre que des invitations pour participer audit sommet seront envoyées aux 55 Etats membres de l’UA. Les représentants du SEAE ont fait savoir à leurs interlocuteurs africains que l’UE s’en tiendra à la position exprimée par la délégation de l’UA.

Durant cette réunion ministérielle, la diplomatie marocaine avait essuyé un cuisant échec, suite à la mobilisation des pays africains, en s’efforçant d’empêcher de manière irrespectueuse et inconvenante la participation de la RASD à cette réunion, rappelle-t-on. (SPS)

a través de Il n’y aura pas de Sommet UA-UE à Abdidjan sans la RASD (ministre des AE) | Sahara Press Service

Esta entrada fue publicada en Noticias Sahara Occidental. Guarda el enlace permanente.