Le maire d’Ivry annonce le jumelage de sa ville avec la daira de Mijek wilaya d’Aousserd | Sahara Press Service

Ivry, 26 juin 2022 (SPS) Le maire d’Ivry – sur –Seine, philippe bouyssou a annoncé samedi soir le jumelage de sa commune avec la daira de Mijek dans la wilaya d’Aousserd, en présence de Nathalie Lehruch adjointe aux relations internationales, des élus  d’Ivry, de l’adjoint du représentant du Front Polisario en France, Sid’Ahmed Daha et de la militante des droits de l’homme Claude mangin, épouse du prisonnier politique sahraoui, Naama Asfari emprisonné au Maroc depuis 12 ans avec le groupe de Gdeim Izik.

La cérémonie a été aussi assistée par Mme Elsa Lefort, épouse de Salah Hammouri, devenu citoyen d’honneur de la ville d’Ivry après Marzann Barghothi et Naama ASfari en 2017.

Le protocole de jumelage entre la commune d’Ivry et la daira de Mijek sera signé à l’automne à ivry et à Aousserd à l’occasion du 27/2/ 2023 (anniversaire de la proclamation de la République sahraouie) en présence du maire et d’une délégation municipale avec un voyage de citoyens invryens, a-t-on appris auprès des organisateurs.

L’AARASD94 et le CORELSO sont présents en force au niveau de deux stands qui connaissant une remarquable affluence. Les animateurs, très engagés et déterminés en faveur de cette cause noble et juste, en profitent pour exposer aux visiteurs les dernières avancées de ce combat de  libération nationale qui perdure depuis la sinistre marche verte de 1975. Il y est question de tortures, de détenus politiques et de pillage des ressources naturelles du Sahara Occidental. Et, bien entendu des fameuses quatre plaintes récemment déposée par l’ACAT contre le Maroc au niveau de l’ONU.

«Dans les Territoires occupés du Sahara occidental où la résistance des militantes et des militants sahraouis se poursuit imperturbablement malgré la répression quotidienne et sous les radars de la presse puisque ce territoire est interdit depuis 2014 (plus de 300 expulsions à ce jours de militants, d’eurodéputés de journalistes etc…)», a expliqué Claude Magin, qui fait partie des organisateurs de cet évènement, et qui est également l’épouse du détenu d’opinion de Gdeim Izik, Naama Asfari.

Au niveau de ces deux stands, il sera question de signer un maximum de cartes destinées au président français Emanuel Macron, pour lui demander d’accentuer la pression sur Mohamed VI et l’occupant marocain, afin de libérer immédiatement et sans conditions tous les détenus sahraouis, mais aussi de permettre à ce peuple opprimé depuis une quarantaine d’années de bénéficier enfin de son droit à la tenue d’un référendum d’autodétermination.

Il est également question d’exiger le droit de visite de Claude Mangin à son mari Naâma Asfari illégalement incarcéré au Maroc depuis 12 ans au Maroc.

Des activités ludiques sont également proposées aux visiteurs, comme de déguster quelques spécialités faites maison ( pastillas,  tortillas,  couscous, thé sahraoui, gâteaux orientaux,  sangria, mojitos, mais aussi des séances de pose de henné sahraoui, un art ancestral, qui se transmet d’âge en âge.

(SPS)

Origen: Le maire d’Ivry annonce le jumelage de sa ville avec la daira de Mijek wilaya d’Aousserd | Sahara Press Service