L’Expression: Culture – Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental

L’Expression: Culture – Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental
Focus résistance et mémoire au Fica

Annulé pour la clôture du Fica, La dernière reine d’Alger a obtenu jeudi, l’Award de la meilleure comédienne pour Adila Bendimerad au Red Sea International Film Festival, à Djeddah, en Arabie saoudite.

Apres Salmin, un court métrage documentaire projeté en 2017 au Fica, Rabah Slimani est revenu cette année, au festival international du cinéma d’Alger en y projetant, Wanibik- le peuple qui vit devant sa tere, un documentaire de 95 mn, qui traite toujours du même sujet, celui de la souffrance du peuple sahraoui. Un film qui,rappelons-le a été le récipiendaire du Premier Prix au festival de cinéma Fisahra, organisé en septembre denrier, dans le camp des réfugiés sahraouis. Ce long métrage est coproduit par la propre société de Rabah Slimani, El Miroire Prod avec l’aide de l’établissement de la télévision algérienne Eptv et le Centre algérien de développement du cinéma avec le soutien du Fonds d’aide aux techniques et industries du cinéma (Fdatic). Ce n’est pas anodin si le réalisateur estimera ne pas «avoir fait un film sur les Sahraouis, mais avec les Sahraouis».

Le film met en scène un groupe d’étudiants de l’école de cinéma des camps de réfugiés du Sahara occidental qui réalise leur film de fin d’études afin d’obtenir leurs diplômes. Pour ce faire, ils choisissent le mur de la Honte contre le peuple sahraoui comme sujet pour leur projet de film. Didactique dans sa manière de raconter, le film s’ouvre sur un plan d’une enseignante dans une école qui pose des questions sur l’histoire et la géographie du Sahara occidental devant des enfants éveillés déjà à la cause de leurs parents.

Dans le film, on suit ainsi la réalisatrice Aïcha Abdelaouadoud qui est à la base journaliste, Mahdjoub Mohamed le directeur photo, Sidi Brahim El Najdem l’ingénieur son qui décide de partir en Espagne et Leïla El Mokhtar, qui est connue, sous le nom de Lelou, est une grande militante dans les territoires occupés. Dans le groupe, elle est l’assistance réalisatrice. Cette militante, nous apprend -on dans le film a reçu un prix en Allemagne. Dynamique, elle raconte son parcours à la caméra de Rabah Slimani, arguant qu’elle aide souvent les journalistes étrangers qui viennent dans les camps sahraouis en leur servant d’interprète. Lelou et tous les autres sont contents que la guerre reprenne. Le titre Le peuple qui vit devant sa terre fait référence, notamment aux réfugiés qui sont à Tindouf ainsi qu’à cette famille nomade qui vit à la frontière sans pouvoir revoir ses proches, tout en décrivant le danger auxquels beaucoup font face lorsqu’ils tentent de franchir ce mur et notamment les enfants qui prennent les mines pour des jouets et peuvent se faire exploser à tout moment.

Un film pour passer le message au monde
Le film documentaire témoigne aussi de la violence que subit au quotidien le peuple sahraoui ainsi que ces femmes qui se font malmener comme cette militante qui s’est faite tabasser chez elle et agresser en plein les yeux alors qu’elle ne voit déjà qu’avec un seul oeil. Et puis, cette autre femme qui se fait ruer de coup alors qu’elle garde encore des séquences après une opération au niveau du dos. Malgré tout ces obstacles qu’endure ce peuple avec dignité et témérité, chaque jour, les Sahraouis restent debout et n’aspirent qu’à combattre pour pouvoir enfin recouvrir leur terres. La vie continue malgré tout et une école de cinéma existe au sein même des camps sahraouis. Cette école sert à former des étudiants qui sauront à même de transmettre leur message au monde entier. Présent lors de la projection, tout comme Aïcha, le technicien du son affirme avoir vu «un film objectif et engagé.» et ce, en s’adressant à Rabah Slimani. et de souligner: «Ce que vit le peuple sahraoui est une sorte de film, mais au final, le peuple sahraoui vaincra. On y croit tant qu’il y a encore des militantes comme Aïcha et Soltana Khaya, on n’a pas peur pour la cause du peuple sahraoui. J’invite tout le monde à se pencher sur notre cause. Ce qui se passe dans les camps sahraouis ou les territoires occupés il faut l’arrêter par n’importe quel moyen, il faut continuer à se battre jusqu’à ‘independence totale de la République arabe sahraouie.».Et les youyous des femmes sahraouies dans la salle de fuser dans une liesse une joie fébrile…. Un beau moment qu’aura vécu le Fica cette année et qui aura au moins rehaussé un peu de son niveau malgré ces quelques couacs à répétion cette année. Il est bon de signaler que Wanibik, le peuple qui vit devant sa terre est né suite à la résidence Afrika doc suivie par le réalisateur grâce à laquelle il a pu peaufiner son scénario, mais aussi suite à de nombreux voyages au Sahara occidental. Apres quelques déboires avec des producteurs étrangers, notamment européens qui avaient laissé tomber le réalisateur au milieu du parcours, ce dernier était déterminé à aller jusqu’au bout de son projet. Ce beau film, des plus émouvants, sortira, note t-on, en janvier dans les salles en Algérie. Il est prévu qu’il soit aussi distribué dans différents pays dont l’Espagne, l’Italie, la France et l’Allemagne. Il est d’ores et déjà sélectionné dans 14 festivals à travers le monde, on citera l’Amérique latine, l’Europe, et dans certains pays arabes et africains.

(…)

Origen: L’Expression: Culture – Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental


Rachid Bouchareb, cinéaste : « En France, on n’est pas encore sorti de « Plus jamais ça! » » — 24H Algérie