L’Expression: Nationale – La boîte de Pandore s’ouvre

L’Expression: Nationale – La boîte de Pandore s’ouvre

 

 

Scandale du Marocgate

 

La boîte de Pandore s’ouvre

Des cadeaux et des vacances dont le coût pouvait atteindre 100.000 euros ont été offerts par le Maroc pour soudoyer des eurodéputés.

Le peuple marocain a décidé de faire de la semaine prochaine un événement grandiose en matière de mobilisation contre la politique économique et sociale du régime du Makhzen.

Celui-ci, qui croyait avoir dupé le peuple marocain par la rengaine du Mondial du Qatar, n’a pas tardé à recevoir la réponse cinglante des mouvements sociaux et des associations pour la défense des droits de l’homme et des partis politiques quant au maintien bel et bien du mouvement de contestation et de la mobilisation populaire contre la politique suicidaire du régime, qui a voulu tirer profit des exploits de son Équipe nationale, lors de sa participation à la Coupe du monde de football qui s’est déroulée au Qatar, mais cette opération a connu un échec cuisant, au vu de la grave situation politique, économique et sociale qui frappe de plein fouet le Maroc et son peuple, livré à lui-même. La faillite du Makhzen au plan interne et sa déroute diplomatique au niveau international font que sa position est complètement amoindrie par la corruption qui le ronge à travers les scandales qui l’éclaboussent à l’étranger en général et au niveau de l’Union européenne (UE) en particulier. En effet, les dernières révélations d’un quotidien italien rapportent que des cadeaux et des vacances dont le coût pouvait atteindre 100000 euros ont été offerts par le Maroc pour soudoyer des eurodéputés, en échange d’un soutien électoral au Parlement européen, selon de nouvelles révélations concernant le Marocgate, ce retentissant scandale de corruption au sein de l’institution de l’Union européenne (UE). «L’équipe, accusée d’avoir mis en place le système de corruption au coeur de Bruxelles, travaillait également à l’obtention de votes» en faveur du Maroc, a indiqué le journal italien Il fatto quotidiano, citant les services secrets belges en charge de l’enquête sur les pots-de-vin au Parlement européen. Selon les enquêteurs, l’ancien député Antonio Panzeri, l’actuel député Andrea Cozzolino et leur conseiller, Francesco Giorgi, ont travaillé pour la Dged (Direction générale des études et de la documentation, c’est-à-dire les services secrets marocains), moyennant rémunération, dans le but d’influencer les décisions du Parlement européen en faveur du Maroc, notamment sur la question du Sahara occidental.

Le journal italien a fait un lien entre le «Marocgate» et le scandale d’espionnage Pegasus, relevant que derrière l’implication du Maroc, il y a surtout «l’accord euro-méditerranéen» entre l’UE et Rabat. Le logiciel espion Pegasus a été utilisé comme bras armé des services secrets marocains pour faire chanter l’Europe et le reste du monde.
Ces sommes faramineuses, dépensées dans la corruption de députés européens, contrastent avec la cherté de la vie au Maroc. La situation est telle que l’ensemble du peuple marocain est décidé à faire de la mobilisation et de la manifestation populaire un instrument politique pacifique pour dénoncer la politique despotique et suicidaire du Makhzen.
La normalisation avec l’entité sioniste n’a fait que placer le régime du Makhzen en mauvaise posture, aux yeux de son peuple, qui manifeste un rejet total de cette normalisation, qui est qualifiée de trahison contre le peuple palestinien.

D’ailleurs, la cause palestinienne sera bel et bien au coeur des manifestations grandioses qui seront déclenchées la semaine prochaine par toutes les forces politiques, sociales et associatives hostiles au régime marocain du Makhzen.

Le célèbre slogan qui a été scandé et clamé par la majorité des manifestants marocains, à savoir «La Palestine est un legs, la normalisation est une trahison», sera entonné dans les grandes rues du Maroc pour signifier au Makhzen que sa politique de trahison ne passera pas.
Les indicateurs économiques et sociaux sont au rouge, le pouvoir d’achat du peuple marocain connaît un affaissement historique, les prix des produits alimentaires et du carburant ont augmenté d’une manière abracadabrante.

La crise financière qui frappe l’économie marocain depuis plus de trois ans, est estimée à 20 milliards de dollars, en termes de déficit commercial. Ce chiffre est appelé à connaître une augmentation et à atteindre 30 milliards en 2023.

Origen: L’Expression: Nationale – La boîte de Pandore s’ouvre