L’implication du Maroc avec des réseaux d’immigration clandestine vers l’Europe soulignée à Genève | Sahara Press Service

L’implication du Maroc avec des réseaux d’immigration clandestine vers l’Europe soulignée à Genève | Sahara Press Service

Genève, 5 juil 2019 (SPS) Un groupe de chercheurs et de journalistes concernés par le dossier de l’immigration clandestine ont évoqué, jeudi lors d’un atelier sur les migrants et les réfugiés tenu au siège du Conseil des droits de l’Homme des Nations unis (CDH) à Genève (Suisse), l’implication du Maroc dans l’augmentation du taux d’immigration clandestine en Europe ces dernières années.

Intervenant lors d’un débat organisé dans le cadre de cet atelier, le coordonnateur de la Commission nationale sahraouie des droits de l’Homme (CONASADH) en Europe, Hassan Amilid a soulevé le phénomène de l’immigration clandestine et les flux migratoires vers l’Europe, soulignant que «le régime marocain utilise cette carte pour faire pression sur les pays européens afin d’obtenir du soutien à sa politique sournoise et couvrir ses violations flagrantes des droits de l’Homme au Maroc et dans les territoires du Sahara Occidental».

Ces manœuvres permettent au Maroc également d’obtenir des voix soutenant sa présence illégale sur les territoires sahraouis, de poursuivre les spoliations des ressources naturelles de ce pays et de contourner le droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination, a ajouté M. Amilid.

Soulignant que l’occupation marocaine œuvre «de manière systématique» à déplacer les sahraouis vers l’Europe en leur facilitant la tâche, M. Amilid a affirmé que l’implication du Maroc dans l’immigration clandestine a entrainé la perte de plusieurs jeunes sahraouis qui ont péris en mer, les derniers en date étant un groupe de jeunes qui ont trouvé la mort au large des Iles Canaries en tentant de rejoindre les rives espagnoles.

M. Amilid a appelé les participants, et à travers eux la communauté internationale, à faire face à «la politique sournoise adoptée par le régime marocain (immigration clandestine, traite des êtres humains et trafic de drogue), une politique à travers laquelle le Maroc tente de réaliser des objectifs politiques et économiques en inondant l’Europe de milliers de migrants clandestins».

Pour sa part, le maire de Naples (Italie) a réitéré la solidarité du Conseil municipal avec les immigrés et les réfugiés des quatre coins du monde, dénonçant le traitement inhumain exercé contre cette catégorie au Maroc, et attestant de «la véracité et la réalité des témoignages de certains témoins ainsi que des rapports de la presse tous unanimes quant à l’implication du régime  dans les bandes de traite des êtres humains et les flux d’émigration de groupes d’immigrés par les ports et les aéroports marocains».

Une journaliste canadienne a réalisé un documentaire intitulé «sans frontières» qui revenait sur des témoignages de migrants de la région subsaharienne qui affirment être passés par les ports du Maroc à bord de navires et bateaux pour se rendre en Europe moyennant une somme allant de 2000 à 4000 euros par tête, versée aux réseaux spécialisés dans l’immigration illégale «activant en collaboration avec les autorités marocaines qui leur garantissent l’accès aux ports».

— Jeunes sahraouis entre décès et disparition —

Fuyant leur vie déplorable et misérable, les enfants du peuple sahraoui où qu’ils soient (Territoires occupés ou Maroc) recourent à l’immigration clandestine en mettant leur vie en péril, certains périssent en cours de route et d’autres disparaissent.

Parmi les images de cette tragédie figure la mort par noyade dans les eaux territoriales sahraouies du jeune Said Mohcine Lili, inhumé par une foule de sahraouis la semaine passée à El Ayoun. C’est là un jeune parmi tant d’autres sahraouis disparus dans des conditions obscures, le 20 juin passé, lorsqu’ils tentaient de quitter leur pays en prenant la mer en destination des Iles Canaries.

Les familles des jeunes sahraouis ont tenu les autorités marocaines pour responsables des «circonstances obscures» dans lesquelles ont disparus leurs enfants. Les autorités de l’occupant poursuivent, toutefois, la dissimulation de ces crimes, ce qui a suscité des interrogations notamment à la lumière de l’existence de plusieurs centres fixes de l’armée de l’occupant marocain tout au long des eaux territoriales sahraouies, selon des sources sahraouies.

Les sahraouis affirment que l’immigration clandestine des jeunes sahraouis vers l’Europe met à nu «les allégations marocaines et démontre les mauvaises conditions socio-économiques des sahraouis en dépit des ressources dont recèlent les territoires sahraouis occupés. (SPS)

020/090/700

Origen: L’implication du Maroc avec des réseaux d’immigration clandestine vers l’Europe soulignée à Genève | Sahara Press Service