L’ONU et le CS doivent assumer leurs responsabilités pour garantir la sécurité des Sahraouis dans les territoires occupés (Président de la république) | Sahara Press Service

L’ONU et le CS doivent assumer leurs responsabilités pour garantir la sécurité des Sahraouis dans les territoires occupés (Président de la république) | Sahara Press Service

Bir Lahlou (Territoires sahraouis libérés), 13 oct 2020 (SPS) Le président de la République et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a appelé lundi les Nations unies et le Conseil de sécurité à assumer leurs responsabilités pour garantir la sécurité et l’intégrité des citoyens sahraouis dans les territoires occupés.

S’exprimant à l’occasion du 45e anniversaire de l’Unité nationale du peuple sahraoui, le Président Ghali a affirmé que les pratiques que subit le peuple sahraoui, alors que la Minurso (mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental) est sur place, mettent l’ONU devant la nécessité d’agir pour mettre fin à ces violations à l’encontre de citoyens en zone de conflit international.

Adressant un message clair au monde, depuis les territoires sahraouis libérés, le SG du Front Polisario a appelé l’ONU à assumer sa responsabilité et à honorer son engagement envers le peuple sahraoui, en lui permettant d’exprimer librement son choix souverain, à travers un référendum d’autodétermination.

Le SG du Front Polisario s’est, en outre, dit étonné «par les pratiques et lectures, faites soit dans les rapports du Secrétaire général ou dans les séances du Conseil de sécurité, concernant les différentes violations, sans même relever que la violation la plus grave est celle que pratique l’Etat d’occupation marocaine qui prive le peuple sahraoui d’un droit fondamental, qui est le droit à l’autodétermination».

«Lorsque les séances du Conseil de sécurité abordent les violations du cessez-le-feu, elles ferment les yeux sur la plus grave et la plus évident des violations, qui est la brèche illégale établie par les forces marocaines au niveau de la zone d’El-Guerguerat», a-t-il ajouté avant de relever «l’existence de parties qui tentent de couvrir cette grave et flagrante violation et de priver la Minurso d’un mécanisme de surveillance et de protection des droits de l’Homme au Sahara Occidental».

Le Président Ghali a affirmé à l’occasion du 45e anniversaire de l’Unité sahraouie qu'»il est indispensable de rappeler que la rencontre de Ain Bentili était le couronnement d’un long et difficile processus de lutte ardue menée par notre peuple à travers plusieurs et diverses étapes, depuis la résistance héroïque contre l’existence coloniale occidentale dans la région, l’Intifada historique de Zemla menée par Mohamed Sidi Brahim Bassiri, jusqu’à la création du Front populaire pour la libération de sakia al-hamra et oued Eddahab et la proclamation de la lutte armée».

«Le jour de la proclamation de l’Unité nationale est une position mémorable qui fédère tous les espoirs et préoccupations de la Nation», s’est réjoui le SG du Front Polisario qui souligne que «la rupture est désormais opérée, aussi bien au présent qu’à l’avenir, avec toute action ou toute réflexion, quel que soit sa source ou visée, et qui vise à porter atteinte à cette union nationale sahraouie éternelle».

M. Ghali a également indiqué dans son allocution qu'»en ces jours où nous commémorons l’anniversaire de l’Unité sahraouie, nous commémorons également le 10e anniversaire d’un événement national particulier qui est l’épopée de Gdeim Izik qui était, à son tour, la manifestation de cette union, de cette volonté et de cette détermination enracinée auprès de notre peuple, laquelle a exprimé, de la manière la plus sublime, son refus éternel de l’occupant marocain inique, ainsi que son attachement aux principes et objectifs du Front populaire, de liberté, d’auto-détermination et d’indépendance».

«Nous imputons la responsabilité au Conseil de sécurité et l’appelons à mettre un terme à ce genre de dérives, car soutenir le statuquo et passer sous silence les positions de certaines parties, particulièrement la France, c’est soutenir et encourager le retour progressif au conflit, avec tout ce que cela implique comme risques, dérives et menaces, pas seulement pour la paix et la stabilité dans la région mais aussi pour ce qui est de crédibilité de l’ONU et de la légalité internationale», a ajouté le Président Ghali.

M. Ghali a réitéré son appel au Conseil de sécurité pour prendre des mesures opérationnelles et réunir les conditions à même de permettre à la Minurso d’accomplir sa principale mission de manière à faire aboutir le processus de décolonisation dans la dernière colonie en Afrique.

«Nous exprimons toute notre considération à l’Algérie, pays frère, l’Algérie des positions de principe enracinées, qui a sans cesse soutenu le peuple sahraoui, à l’instar de toutes les questions justes à travers le monde, conformément aux principes de la glorieuse Révolution du 1er novembre et aux exigences de la légalité internationale», a déclaré le SG du Front Polisario.

«Nous sommes fiers de cette position qui se renforce aujourd’hui au moment où l’Algérie trace sa voie vers une nouvelle étape, avec son peuple, son armée, ses formations politiques et sa société civile. Nous lui souhaitons tout le succès sous la direction du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune», ajoute le président Ghali.

A cette occasion, il a tenu à rendre hommage à la République islamique de Mauritanie, soulignant que la République arabe sahraouie aspire à raffermir davantage les liens d’amitié, de fraternité et de coopération avec la Mauritanie pour faire face aux menaces qui pèsent sur la région.

Il a également rendu hommage au continent africain qui a, précocement, adopté la question sahraouie et accueilli la République sahraouie en tant que membre fondateur de plein droit au sein de l’Union africaine (UA).

«Le peuple sahraoui est, aujourd’hui plus que jamais, conscient de ses droits légitimes et de ses acquis arrachés par le sang. Il est plus disposé à s’y sacrifier et est plus à même de faire face à toutes les politiques et complots de l’ennemi visant à porter atteinte à son unité nationale et à son front interne».

Le 45e anniversaire de la déclaration d’Unité nationale «est un appel à notre peuple pour renouer avec ce précieux acquis, pour que nous nous mobilisions tous pour préserver notre unité nationale face à tous les complots ourdis par l’occupation marocaine, à l’instar des autres forces coloniales à travers l’histoire, qui tente vainement d’appliquer la politique de «diviser pour mieux régner».

«L’ennemi marocain est parfaitement conscient que son échec cinglant à vaincre la résistance sahraouie découle de cette cohésion entre toutes les composantes du peuple sahraoui, partout où elles se trouvent, autour des objectifs nobles que sont la liberté, l’autodétermination et l’indépendance». (SPS)

Origen: L’ONU et le CS doivent assumer leurs responsabilités pour garantir la sécurité des Sahraouis dans les territoires occupés (Président de la république) | Sahara Press Service