L’UNESCO : Corrigendum

L’UNESCO : Corrigendum
L’UNESCO

Après un nouvel examen, l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie a rectifié la liste des nouveaux membres du Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO. Deux villes marocaines – et non pas trois comme indiqué précédemment – rejoignent cette année le réseau : il s’agit des villes de Benguerir et Chefchaouen. L’UIL présente ses excuses pour cette erreur.

Le communiqué de presse corrigé se trouve ci-dessous.

Le réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO accueille 54 nouvelles villes membres de 27 pays

Faire de l’éducation et de la formation tout au long de la vie une réalité au niveau local

23 septembre 2020, Hambourg. Aujourd’hui, 54 villes* de 27 pays vont rejoindre le Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO (GNLC). Ces villes sont des exemples remarquables de la manière dont l’apprentissage tout au long de la vie peut devenir une réalité au niveau local. Elles ont prouvé que des politiques et des pratiques efficaces d’apprentissage tout au long de la vie peuvent soutenir le développement de villes inclusives, sûres, résilientes et durables et contribuer à l’Agenda 2030. Les nouveaux membres d’aujourd’hui portent à 229 le nombre total de villes au sein du GNLC de l’UNESCO, dans 64 pays.

L’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), en tant que coordinateur du réseau, a admis les nouveaux membres après leur nomination par les commissions nationales pour l’UNESCO des pays concernés. Un engagement fort du maire et de l’administration de la ville en faveur de l’apprentissage tout au long de la vie est une condition essentielle pour devenir une ville apprenante. Dans le cadre de leur processus de candidature, les membres potentiels du GNLC de l’UNESCO doivent démontrer une vision claire de l’offre de possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous les membres de la communauté. Une fois admises, les villes sont censées participer aux activités du réseau et produire un rapport biennal décrivant leurs réalisations en tant que villes apprenantes.

« C’est avec une urgence sans précédent que la pandémie de COVID-19 a souligné la nécessité de construire des systèmes éducatifs plus résilients pour l’avenir. Plus de la moitié de l’humanité vivant dans des zones urbaines, les villes doivent se situer au centre de cette entreprise. »

« Pendant la pandémie, les villes apprenantes de l’UNESCO dans le monde ont montré qu’elles étaient bien placées pour faire de l’apprentissage tout au long de la vie une réalité, même dans des conditions difficiles », poursuit M. Atchoarena. « Je souhaite chaleureusement la bienvenue aux nouveaux membres du Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO et je suis impatient de travailler avec eux en vue de faire avancer notre objectif de garantir l’apprentissage tout au long de la vie pour tous. »

Contexte

Le GNLC de l’UNESCO est un réseau international axé sur les politiques et orienté vers la production et le partage des connaissances, l’apprentissage par les pairs et le renforcement des capacités. Les membres du GNLC de l’UNESCO bénéficient du partage des politiques et pratiques d’apprentissage tout au long de la vie avec les autres villes du réseau, du développement et de l’échange de connaissances sur les principaux défis et solutions, de la participation à des initiatives de formation et de la participation à des événements régionaux et mondiaux. Dans le cadre de la stratégie pour 2019-2021, les activités du réseau se concentrent sur sept priorités clés : l’éducation au développement durable ; l’équité et l’inclusion ; la planification, le suivi et l’évaluation de l’éducation ; l’éducation à la citoyenneté mondiale ; l’entrepreneuriat ; l’apprentissage pour la santé et le bien-être et l’alphabétisation.

Origen: L’UNESCO : Corrigendum – maroc-diplomatique.net