Maroc : Inculpée pour des allégations sur sa vie privée | Human Rights Watch

Maroc : Inculpée pour des allégations sur sa vie privée | Human Rights Watch
(Tunis) – En poursuivant et emprisonnant une journaliste accusée d’avoir avorté et eu des relations sexuelles hors mariage, les autorités marocaines violent de façon flagrante son droit à la vie privée et à la liberté, entre autres droits, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Les autorités devraient abandonner toute accusation contre elle et la libérer immédiatement.

Le 31 août 2019, la police a arrêté Hajar Raïssouni, une journaliste de 28 ans, avant de l’interroger longuement sur sa vie intime. Deux jours plus tard, un procureur l’a inculpée d’avortement et de relations sexuelles en dehors des liens du mariage, et un juge a ordonné qu’elle soit placée en détention. Son procès doit s’ouvrir le 9 septembre. Si elle est reconnue coupable, elle risque jusqu’à deux ans de prison.
« Hajar Raïssouni est accusée d’actes de nature privée qui ne sont pas établis et qui de toute façon ne devraient pas être criminalisés », a déclaré Ahmed Benchemsi, directeur de la communication pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Human Rights Watch. « De plus, en publiant des allégations détaillées sur sa vie sexuelle et reproductrice, les autorités ont bafoué son droit à la vie privée, cherchant apparemment à salir sa réputation. »

Lire plus: Maroc : Inculpée pour des allégations sur sa vie privée | Human Rights Watch