Mohamed Cheikh dénonce la situation précaire et difficile des travailleurs sahraouis