ONU: le confit au Sahara occidental traité comme «une question de décolonisation» – aps.dz

ONU: le confit au Sahara occidental traité comme «une question de décolonisation» – aps.dz
NEW YORK (Nations Unies) – 

«La question du Sahara occidental est toujours sur la table de l’AG de l’ONU en tant qu’une question de décolonisation et retenait également l’attention du Conseil de sécurité de l’ONU», qui l’a inscrite à son ordre du jour depuis 1975, souligne le chef de l’ONU dans son rapport sur les activités entreprises par les parties prenantes au cours de la troisième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme dans le monde (2011-2020).

Dans ce contexte, il explique que «le Conseil de sécurité a continué d’examiner les rapports du SG et adopté des résolutions sur la situation au Sahara occidental», territoire non autonome, occupé militairement par le Maroc depuis plus de 40 ans.


Lire aussi: L’édification des territoires libérés, une affirmation de la souveraineté de la RASD


Durant la période couverte par le rapport, «les envoyés et représentants spéciaux du secrétaire général ont continué de consulter les parties prenantes sur les moyens de remédier à la situation», ajoute le SG de l’ONU.

Et rappelle que le Conseil de sécurité a demandé aux parties au conflit, le Front Polisario et le royaume du Maroc, de reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général, «sans conditions préalables et de bonne foi (…) en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable garantissant au peuple sahraoui le droit à l’autodétermination».

La colonisation, un crime qui viole la charte des Nations Unies

Par ailleurs, Guterres relève qu»au cours de la troisième Décennie, l’AG a examiné chaque année, que ce soit directement en séance plénière ou au sein de la quatrième Commission, plusieurs questions liées à la décolonisation et adopté des résolutions et des décisions à leur sujet», citant en cela celles relatives à » l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux et les activités économiques préjudiciables aux intérêts des peuples des territoires non autonomes y compris le Sahara occidental».

Le chef de l’ONU estime que la fin de la troisième Décennie est «une occasion importante d’évaluer les progrès accomplis concernant la question de la décolonisation» qui demeure, selon lui, «une des priorités des Nations Unies, tout en poursuivant le plan visant à mettre fin au colonialisme conformément aux principes de la Charte et aux résolutions des Nations Unies en la matière».

Au cours de la dernière décennie, le secrétaire général a continué d’offrir ses bons offices et de fournir au Comité spécial un appui fonctionnel, technique et administratif et des services d’information dans l’exercice de son mandat, met en exergue ledit rapport.


Lire aussi: Sahara Occidental: le Maroc envisage d’ériger une 3e centrale solaire à Dakhla


Enfin, Guterres mentionne que les Nations Unies considéraient la poursuite du colonialisme sous toutes ses formes comme un «crime» qui viole la Charte des Nations Unies et les principes du droit international tels que stipulés par l’Assemblée générale dans la résolution 2621.

Le rapport du SG de l’ONU donne un aperçu des principales activités entreprises par les parties prenantes au cours de la troisième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme, dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 65/119 de l’Assemblée générale adoptée en 2010.

Il fournit également les réponses reçues des Etats membres et des organismes des Nations Unies, des institutions spécialisées et des institutions internationales associées aux Nations Unies.

Inscrit depuis 1966 à la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.

Origen: aps.dz ONU: le confit au Sahara occidental traité comme «une question de décolonisation»