«Le comble du ridicule»: le Front Polisario répond à Rabat concernant l’hospitalisation de son Président – Sputnik France

«Le comble du ridicule»: le Front Polisario répond à Rabat concernant l’hospitalisation de son Président – Sputnik France

 

Dans un entretien à Sputnik, Oubi Bouchraya Bachir, membre de la direction du Front Polisario et son représentant en Europe et au sein de l’Union européenne, répond au communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères concernant l’hospitalisation du Président de la RASD Brahim Ghali en Espagne.

Vendredi 23 avril, le gouvernement espagnol a confirmé l’admission dans un hôpital de Logrono (non loin de Saragosse) du Président de l’autoproclamée République arabe sahraouie démocratique (RASD) Brahim Ghali, 73 ans, atteint du Covid-19. L’information avait été rapportée la veille par le journal français Jeune Afrique qui affirme que le dirigeant sahraoui a été hospitalisé le 21 avril sous une fausse identité.

Lors d’une déclaration à la presse, la chef de la diplomatie espagnole Arancha Gonzalez Laya a expliqué que l’hospitalisation de Brahim Ghali «ne remettait pas en cause la relation avec le Maroc» considéré comme «un partenaire privilégié sur les plans économique, politique, migratoire, commercial et dans la lutte contre le changement climatique».

Or, le ministère marocain des Affaires étrangères ne l’entend pas de cette oreille. En effet, suite à la convocation de l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Diez-Hochleitner, samedi 24 avril, le ministère a publié dimanche 25 avril un communiqué dans lequel il déplore le comportement des autorités espagnoles.

Dans un entretien accordé à Sputnik, Oubi Bouchraya Bachir, membre de la direction du Front Polisario et son représentant en Europe et au sein de l’Union européenne, explique que «ce n’est pas la première fois qu’un responsable sahraoui de haut niveau est hospitalisé en Espagne». Selon lui, «le Président Ghali a été également reçu par beaucoup de chefs d’État aux quatre coins du monde».

Un «même modus operandi utilisé par le Maroc»

«Le Maroc a exprimé sa déception à l’égard d’un acte contraire à l’esprit de partenariat et de bon voisinage et qui concerne une question fondamentale pour le peuple marocain et ses forces vives», indique le communiqué de la diplomatie marocaine publié sur son site. «Pourquoi le dénommé Brahim Ghali a-t-il été admis en Espagne en catimini et avec un faux passeport? Pourquoi l’Espagne a-t-elle jugé utile de ne pas en aviser le Maroc? Pourquoi a-t-elle opté pour son admission sous une fausse identité?», ajoute la note.

En réponse aux questions posées dans le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, M.Bouchraya Bachir pointe «des arguments farfelus qui relèvent du même modus operandi utilisé par le Maroc pour soutirer certains avantages auprès de ses partenaires en exerçant un chantage sur eux».

Et de s’interroger: «Pourquoi Rabat n’a-t-il pas protesté de la même façon quand Mhamed Khadad, imminent responsable du Front Polisario et son représentant au sein de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), a été hospitalisé à Madrid où il est décédé en avril 2020? Même topo pour Ahmed Boukhari, ex-représentant de la RASD à l’Onu, mort en avril 2018 à Bilbao en Espagne».

Concernant l’admission du Président sahraoui avec «un faux passeport et une fausse identité», le diplomate affirme que «Brahim Ghali – qui a été reçu partout dans le monde en sa qualité de Président de la RASD – n’a pas besoin de dissimuler son identité que même le Maroc reconnaît explicitement via sa ratification de l’Acte constitutif de l’Union africaine (UE) lors de sa réintégration de l’UA en 2017». «L’Espagne l’a reçu à titre humanitaire comme elle avait reçu les autres responsables du Polisario», précise-t-il, soulignant que «c’est vraiment faire preuve d’indécence que de profiter de ça pour faire chanter l’Espagne sur les dossiers économique, commercial et migratoire».

«Le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du «Polisario»»?

Le même communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères fait savoir que «le Royaume du Maroc déplore l’attitude de l’Espagne qui accueille sur son territoire le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du «Polisario», poursuivi pour des crimes de guerre sérieux et des atteintes graves aux droits de l’homme […]. Pourquoi la justice espagnole n’a-t-elle pas encore réagi aux nombreuses plaintes déposées par les victimes?»

À ce titre, Oubi Bouchraya Bachir juge que «ces propos sont le comble du ridicule». Selon lui, «il suffit de consulter le bulletin officiel du Royaume du Maroc datant du 31 janvier 2017, signé au nom du roi Mohammed VI par l’ex-chef du gouvernement Abdel-Ilah Benkiran, concernant l’acceptation de l’Acte constitutif de l’UA pour s’en rendre compte».

(…)

LIRE PLUS: «Le comble du ridicule»: le Front Polisario répond à Rabat concernant l’hospitalisation de son Président – Sputnik France