Les manœuvres de Guterres – El Watan

Les manœuvres de Guterres – El Watan

 

Il est mauvais», nous a déclaré un diplomate étranger en parlant d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU. Il réagissait à la candidature de ce dernier à un nouveau mandat à la tête de la première organisation internationale. Le peuple sahraoui en sait quelque chose.

Lorsqu’il avait pris la tête des Nations unies, le Front Polisario s’attendait à voir les choses bouger. Antonio Guterres était haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés, et à ce titre, il connaissait le problème aussi bien sur le plan politique qu’humanitaire. Mais il fallait vite déchanter.

Lorsqu’en mai 2019, son représentant spécial pour le Sahara occidental, l’ancien président allemand Horst Köhler, décide de jeter l’éponge parce que le palais royal marocain lui mettait des bâtons dans les roues dans l’accomplissement de sa mission, M. Guterres se fait totalement oublier pour ne pas avoir à situer les responsabilités.

Même dans ses rapports au Conseil de sécurité, il se garde bien de dénoncer les agissements néfastes des Marocains et les blocages pour empêcher cette personnalité allemande de faire son travail.

Bizarrement, Antonio Guterres ne nomme pas son remplaçant. Et sans ce dernier, le processus de paix est totalement bloqué. Car c’est au représentant spécial de mettre en œuvre le processus menant à l’organisation du référendum d’autodétermination des Sahraouis.

Des voix s’élèvent dans le monde entier pour protester contre cette paralysie et l’obliger à nommer un représentant personnel. C’est là qu’il manifeste son abdication devant les thèses colonialistes du Maroc. Il propose de nommer un ancien Premier ministre roumain, Petre Roman, pour reprendre la mission.

Or, il est connu que la classe politique roumaine est parmi les plus corrompues au monde. Au point qu’une révolution nationale violente a eu lieu à travers la Roumanie pour protester contre la corruption du pouvoir, obligeant tout le gouvernement à démissionner.

Plus grave, le candidat de M. Guterres a participé en 2018 à un Forum économique à Dakhla, organisé par le palais royal. Ne cachant pas où vont ses sympathies, il a posé sous le cadre du roi Mohammed VI. Cela signifie clairement que le secrétaire général de l’ONU voulait brouiller les cartes au profit du colonialisme marocain et violer ainsi les résolutions internationales sur le Sahara occidental.

Cet homme, qui n’a nullement brillé à son poste, qui n’a contribué à aucun règlement d’un quelconque conflit à travers le monde, prétend à un nouveau mandat. Ce serait une grave erreur que de le lui accorder. La crédibilité de l’ONU en souffrira terriblement.

Origen: Les manœuvres de Guterres – elwatan.com