L'Expression – Le Quotidien – Quand le Maroc "rend hommage"à Belani

IL FAIT L’OBJET D’UNE CAMPAGNE VIRULENTE DE LA MAP

Un diplomate hors pair

Si ce diplomate a suscité à ce point la hargne marocaine à travers son agence officielle MAP, cela signifie qu’il est d’une redoutable efficacité.

La très officielle agence marocaine d’information, MAP, se découvre une nouvelle vocation, celle de faire dans la promotion politique gratuite, pour tout le monde y compris ceux qu’elle considère comme ses ennemis jurés. Comme première expérience, il faut reconnaître que le challenge de la MAP a été bien réussi.
Amar Belani, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a eu droit à un chapelet d’insultes sortant droit de la littérature venimeuse de cet appendice du Makhzen marocain. Pour la MAP, Amar Belani est véritablement l’homme à abattre. Son tort? il a défendu son pays et surtout d’avoir déconstruit un tissu de mensonges livré par l’eurodéputé français Gilles Pargneaux qui émarge chez le roi. Selon M.Pargneaux, l’Algérie serait impliquée dans un détournement des aides internationales aux réfugiés sahraouis de Tindouf.
Des accusation qui ont été répercutées par l’Agence marocaine. Directement interpellé de par sa fonction d’ambassadeur à Bruxelles, Amar Belani répond par la force de l’argument sans verser dans l’injure et l’outrage. Il rappelle à ce propos que le cabinet du commissaire européen chargé de l’aide humanitaire a démenti les «informations» colportées par le Maroc sur un prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf. «Le Cabinet du Commissaire européen chargé de l’aide humanitaire, Christos Stylianides, a catégoriquement démenti l’information sur un soi-disant détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf», a déclaré M.Belani, ajoutant que l’objectif était de «manipuler l’opinion publique marocaine et internationale dans une vaine tentative de porter atteinte à l’image de l’Algérie dont le soutien au peuple sahraoui et la solidarité agissante à l’égard de ses réfugiés, ne souffrent d’aucune contestation». Evoquant la gestion et la fourniture de l’aide humanitaire par l’Union européenne (UE), l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles a rappelé que Christos Stylianides avait indiqué en avril 2016, dans une réponse à une question écrite de l’eurodéputé Hugues Bayet, connu pour ses accointances avec le Maroc que «la Commission travaille avec un nombre limité d’organisations partenaires clés (notamment le Programme alimentaire mondial, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Oxfam, la Croix-Rouge espagnole) pour garantir la maîtrise totale de l’aide», soulignant que «l’aide humanitaire de la Commission n’est ni fournie ni contrôlée par une quelconque autorité politique».
Le 28 novembre dernier, l’agence officielle de presse marocaine MAP a rapporté une dépêche «calomnieuse» visant à «dénaturer la réalité du soutien européen aux réfugiés sahraouis», en attribuant à Christos Stylianides «une déclaration sortie de son contexte sur le prétendu détournement d’une partie de l’aide humanitaire européenne destinée aux réfugiés sahraouis de Tindouf».
De plus «l’occupation illégale par le Maroc d’un territoire sur lequel sa souveraineté n’est reconnue par aucun pays au monde et des violations documentées des droits humains des Sahraouis par les autorités répressives marocaines», a ajouté encore le diplomate algérien. Et quand on évoque le Sahara occidental, le droit de ce peuple à l’autodétermination, le Makhzen dégaine.
La foudre s’abat alors sur le diplomate algérien. Si Amar Belani a suscité à ce point la hargne marocaine à travers son agence officielle la MAP, cela signifie que ce diplomate est d’une redoutable efficacité. Aux yeux des Marocains, il est l’homme à abattre pour la simple raison qu’il dérange. Il a le mot approprié et sait trouver des arguments valables pour convaincre l’opinion régionale et internationale quand il s’agît de défendre une cause juste. En somme, la dépêche de l’agence marocaine vient de rendre le meilleur hommage qu’on puisse à ce diplomate, celui de mettre en valeur son travail et celui de se dérober, de dire qu’on a mal quand on nous assène des vérités. Faut-il en remercier la MAP pour cette gratuité? hélas non! Car son ascension professionnelle, Amar Belani ne la doit pas à cette agence qui a décidé de s’inscrire durablement dans l’offense à défaut d’opposer un argumentaire sérieux et défendable.

Origen: L’Expression – Le Quotidien – Quand le Maroc «rend hommage»à Belani