Réfugiés sahraouis : L'entêtement marocain accentue les souffrances

 
Le président du Croissant-Rouge sahraoui (CRS), Yahia Bouhabini, a indiqué mercredi que «l’appel d’urgence» lancé par les organismes d’aide internationaux pour alléger les souffrances des réfugiés sahraouis dénote l’inquiétude croissante, à l’échelle internationale, quant à la situation des réfugiés sahraouis qui se complique de plus en plus en raison de l’entêtement du Maroc et de sa dénégation du droit des Sahraouis à l’autodétermination.

D.R
Le président du Croissant-Rouge sahraoui (CRS), Yahia Bouhabini, a indiqué mercredi que «l’appel d’urgence» lancé par les organismes d’aide internationaux pour alléger les souffrances des réfugiés sahraouis dénote l’inquiétude croissante, à l’échelle internationale, quant à la situation des réfugiés sahraouis qui se complique de plus en plus en raison de l’entêtement du Maroc et de sa dénégation du droit des Sahraouis à l’autodétermination.
De nombreux organismes des Nations unies, dont l’Office du Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les représentants de 24 pays et de 18 organisations non gouvernementales présentes dans les camps de réfugiés sahraouis et le Croissant-Rouge sahraoui ont tenu une réunion, lundi dernier à Alger, au cours de laquelle ils ont lancé un appel d’urgence pour hâter l’octroi d’aides humanitaires en vue d’alléger les souffrances des réfugiés sahraouis, a précisé M. Bouhabini jeudi dans une déclaration à l’APS.
Les organismes onusiens ont évalué les besoins de base des réfugiés sahraouis dans divers secteurs à plus de 135 millions de dollars pour 2016-2017.
M. Bouhabini a estimé que cette rencontre était une réunion préparatoire à la conférence internationale des réfugiés sahraouis à laquelle a appelé le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, soulignant que «les estimations des aides ont été établies sur la base d’études détaillées en coordination avec les organismes internationaux présents sur le terrain dans les camps de réfugiés». Les donateurs ont également appelé à hâter la mise à disposition des fonds nécessaires à la prise en charge des besoins de base des réfugiés, notamment en ce qui concerne l’eau, la nourriture, le logement, l’éducation, la santé, les affaires sociales et la protection juridique.
Ils ont, en outre, mis en garde contre la situation humanitaire critique dans les camps de réfugiés sahraouis, notamment suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur ces camps en octobre 2015 et en août 2016 et qui avaient endommagé les infrastructures de base et les habitations des réfugiés.
Permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination est le meilleur moyen de mettre un terme à ses souffrances Le responsable sahraoui a indiqué que plusieurs facteurs avaient accentué les souffrances des réfugiés sahraouis notamment «l’entêtement du Maroc, son rejet de la légalité internationale et sa tergiversation concernant le processus de décolonisation». Il a rappelé que pour mettre un terme aux souffrances des réfugiés sahraouis il faut appuyer le processus de décolonisation du Sahara occidental et permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination. Au cours de la réunion, le président du croissant rouge sahraoui, Yahia Bouhbini, a exprimé la gratitude des réfugiés sahraouis au pays hôte, l’Algérie, pour «son hospitalité et pour les aides apportées dans différents domaines», remerciant les donateurs pour leur solidarité avec ces réfugiés pendant plus de 40 ans».
M. Bouhabini a également rendu hommage aux agences des Nations Unies, aux organisations humanitaires internationales et aux ONG pour les «efforts colossaux» déployés, saluant l’initiative du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, d’organiser, à Genève, dans les plus brefs délais, une réunion consacrée aux besoins des réfugiés sahraouis. La rencontre a en outre permis un examen détaillé de la situation des réfugiés sahraouis à travers les réponses et les questionnements des donateurs, selon SPA. Ont pris part à cette réunion, le Haut commissariat aux réfugiés, le programme alimentaire mondial (PAM), l’Unicef et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en sus de 24 pays, de représentants de 18 ONG activant dans les camps des réfugiés sahraouis et du croissant rouge sahraoui. (APS)
 
 Le Maroc demande officiellement à adhérer à l’Union africaine
«Le Royaume du Maroc a officiellement soumis une requête en vue d’accéder à l’Acte constitutif de l’Union africaine, et de la sorte en devenir un membre», a indiqué l’UA dans un communiqué. Selon la cellule de communication de l’Union africaine, le conseiller du Roi Mohammed VI des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri a «informé» le président de la Commission, le Dr Nkosazana Dlamini Zuma, de la demande officielle du Maroc d’adhérer à l’UA, lors de leur rencontre, le 22 Septembre 2016, pendant une réunion bilatérale en marge de la 71e session de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU)», a précisé l’Union africaine. «Le Maroc avait soumis la lettre d’intention, le jeudi 22 Septembre 2016, à Addis-Abeba, en Ethiopie», a précisé le conseiller du Maroc à Mme Zuma, à qui, il a remis une copie de cette demande officielle. Le Maroc avait, en 1984, quitté l’Organisation de l’union africaine (OUA) qui a précédé l’Union africaine (UA). Le retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine doit être validé par un vote au sein de la Commission de l’UA au regard de la poursuite du royaume de son occupation du Sahara occidental en violation flagrante des résolutions onusiennes et continuant à bafouer les droits du peuple sahraoui. Le secrétaire général de l’ONU a une fois de plus qualifié l’annexion du Sahara occidental par le Maroc d’occupation, rappelant que la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétérmination au Sahara occidental (MINURSO) avait été créée, il y a plus de 20 ans, pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination dans ce territoire, ancienne colonie espagnole, occupé par le Maroc depuis 1975. Mais au cours de ces années, le Maroc a sapé tous les efforts de la Mission et entravé l’organisation d’un référendum pensant pouvoir réduire les espérances du peuple sahraoui à néant. Le soutien à l’indépendance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le principe d’autodétermination pour tous les peuples sont acquis au sein de l’Union africaine. APS
L’organisation d’un référendum, solution démocratique
Le représentant du front Polisario en France Bouchraya Bachir a indiqué que l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui constituait la solution démocratique idoine pour mettre fin au conflit du Sahara occidental. L’organisation d’un referendum d’autodétermination qui respecte la volonté du peuple sahraoui est la solution démocratique idoine pour mettre fin au conflit du Sahara occidental, a affirmé le responsable sahraoui cité par l’agence de presse sahraouie SPS.
Le diplomate sahraoui qui intervenait dans le cadre d’une conférence organisée au siège du conseil des droits de l’homme de l’ONU à Geneve sous le thème «Droits de l’homme au Sahara occidental, le référendum maintenant», a expliqué que le front Polisario partageait l’avis de la communauté internationale conforme au droit internationale et prônant l’organisation d’un référendum juste et équitable au Sahara occidental. M. Bouchraya a rappelé que la proposition d’autonomie proposée par le Maroc était une solution partielle qui ne correspond pas à la volonté du peuple sahraoui, seul concerné par son autodétermination. Cette proposition est inacceptable et loin d’être valide pour régler le conflit du Sahara occidental», a insisté M. Bouchraya, rapporte encore SPS.
Selon la même source, le diplomate sahraoui a indiqué que le Front Polisario et le peuple sahraoui optaient pour la paix et pour une solution acceptable et durable qui garantisse le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.
Nous avons le courage de respecter la volonté du peuple sahraoui qui nous importe le plus et le référendum demeure la solution idoine, a martelé M. Bouchraya. Cette conférence est tenue à l’initiative d’organisations solidaires du peuple sahraoui à l’instar de la coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui, la coordination des associations espagnoles de solidarité avec le peuple sahraoui, le comité suisse de solidarité avec le peuple sahraoui, l’association américaine de militants de droits d’homme et des membres de la communauté sahraouis établis en Europe.APS
 
L’Espagne réaffirme sa position en faveur de l’autodétermination
Le ministre des Affaires étrangères espagnol, Ignacio Ybanez Rubio, a réaffirmé, mercredi à New York, la position de son pays en faveur d’une «solution politique, juste et durable» prévoyant la «libre autodétermination» du peuple Sahraoui dans le cadre des résolutions du Conseil du Sécurité.
Lors de ses entretiens avec le représentant personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, M.Ybanez a réaffirmé «la position de l’Espagne en faveur d’une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, prévoyant la libre autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité, conformément aux principes et aux objectifs de la Charte des Nation Unies», précise jeudi le ministère des Affaires étrangères espagnol dans un communiqué rendu public. Les entretiens ont eu lieu, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU). Le ministre espagnol, a réitéré, à cet effet, «le soutien de l’Espagne au rôle central des Nations Unies et aux efforts» du diplomate américain. Les deux parties ont évoqué aussi «la situation à Guerguerat et le processus de rétablissement de la pleine capacité de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO)».
Sur «la situation alimentaire dans les camps de réfugiés de Tindouf», M. Ignacio Ybanez a assuré, sur ce point, son interlocuteur de «l’engagement de l’Espagne qui demeure, malgré ses difficultés budgétaires, le premier donateur d’aide aux réfugiés sahraouis», conclut la même source.
L’ONU reçoit une pétition pour l’organisation d’un référendum
Le Comité suisse de soutien au peuple sahraoui a remis à l’Organisation des Nations Unies une pétition de signatures revendiquant l’organisation, l’année prochaine, d’un référendum au Sahara occidental, a indiqué jeudi l’Agence de presse sahraouie (SPS). Le comité a organisé, mercredi, une manifestation devant le Palais des Nations à Genève (Suisse) en solidarité avec le peuple sahraoui sous le thème «Sahara occidental-référendum maintenant».
Ces manifestations, qui coïncident avec le 40e anniversaire de la création du comité, ont été l’occasion d’une rétrospective de quarante ans de travail sans relâche au côté du peuple sahraoui et sa cause juste pour arracher son droit légitime à la liberté et à l’indépendance. Le comité a présenté le bilan d’une campagne lancée en janvier 2015 pour appeler l’ONU à l’organisation d’un referendum au Sahara Occidental l’année prochaine, en remettant aujourd’hui des milliers de signatures collectées dans divers pays.
La manifestation s’est déroulée en présence de plusieurs membres de la communauté sahraouie établie dans des pays européens qui ont répondu à l’appel lancé par le comité et qui sont venus notamment de France, de Belgique, d’Espagne, d’Allemagne et de Suisse.
Les manifestants ont brandi des drapeaux sahraouis, des banderoles devant le Palais des Nations, revendiquant le droit du peuple sahraoui à la liberté, à l’indépendance, à la libération des détenus politiques et à faire la lumière sur le sort des disparus. La manifestation a vu la participation du représentant du Front Polisario en France, Bachir Oubi Boucheraya, la représentante du Front Polisario en Suisse, Oumeima Abdessalam outre un grand nombre d’européens solidaires avec le peuple sahraoui dont le président de la Coordination européenne pour la solidarité avec le peuple sahraoui, Pierre Galland et le président de la Coordination des associations espagnoles solidaires avec le peuple sahraoui, Pepe Taboada.
Le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique occupée par le Maroc depuis 1975 après le retrait des forces espagnoles. Ce territoire est soumis au processus de décolonisation dans le cadre de l’ONU qui a parrainé le cessez-le-feu entre le deux belligérants (Front Plisario-Maroc). APS

Origen: Réfugiés sahraouis : L’entêtement marocain accentue les souffrances