Communiqué de l’AFAPREDESA en réaction à l’adoption de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental

Communiqué de l’AFAPREDESA en réaction à l’adoption de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental

Résumé :

 

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté, le 29 octobre 2021, la résolution 2602/2021 concernant la question de décolonisation du Sahara Occidental, renouvelant pour une année supplémentaire le Mandat de la Mission des Nations Unies pour le Referendum au Sahara Occidental (MINURSO).  Il s’agit en substance de la même résolution que celles adoptées les dernières années, sans aucune prise en considération de la gravité de la situation sur le terrain. Il reconnait la rupture du cessez-le-feu en simple spectateur. Il ignore le drame des disparus ainsi que les graves et innovatrices violations des droits de l’homme commises par les forces marocaines. Le Conseil de Sécurité félicite même le Maroc pour ses initiatives, l’encourageant à poursuivre ces atteintes. Il passe sous silence le droit à l’autodétermination, l’ouverture des consulats de plusieurs Etats membres dans les territoires occupés en violation de charte de l’ONU et des récents arrêts de la Cour de Justice de l’Union Européenne invalidant les Accords avec le Maroc pour inclure le Sahara Occidental sans le consentement du peuple sahraoui et de son représentante légitime le Front Polisario.

 

Le Conseil de Sécurité traite actuellement la question du Sahara Occidental dans le cadre du Chapitre VI (Règlement pacifique des différends) qui constitue en soit une grave aberration puisqu’il ne s’agit pas de conflit, différend ou dispute territoriale mais plutôt d’une agression et occupation continue qui menace la paix telles que prévues dans le Chapitre  VII de la Charte des Nations.

 

En agissant de la sorte, le Conseil de Sécurité démontre sa complaisance à l’égard de l’occupant marocain et condamne M. Staffan de Mistura, Envoyé personnel pour le Sahara occidental récemment nommé par le Secrétaire Général de l’ONU,  à un échec anticipé et rendant sa mission impossible. Position gravissime si on tient en compte des efforts menés par ses quatre antécesseurs sans aucune avancée tangible à cause justement de la terminologie introduite à partir de 2007 dans les résolutions du Conseil de Sécurité:  « solution mutuellement acceptable ». 

 

Le Conseil de Sécurité condamne aussi le peuple sahraoui à subir une année supplémentaire de souffrances et de graves violations des droits de l’homme, y compris son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance. Le Conseil de Sécurité consolide ainsi l’instabilité et l’insécurité dans la région déjà latente avant le 13 novembre 2020 et  palpable depuis la reprise des hostilités.

TEXTE INTÉGRAL DU COMMUNIQUE :

(…) Lire plus… AFAPREDESA: Communiqué de l’AFAPREDESA en réaction à l’adoption de la résolution 2602 du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental