Le Front Polisario met en échec les sociétés importatrices de phosphate du Sahara occidental.

Le Front Polisario met en échec les sociétés importatrices de phosphate du Sahara occidental.

12 Junio de 2020.-(ECSAHARAUI)

Par Mohamed LaBsir/ ECS

Les entreprises néo-zélandaises d’engrais, qui achètent le phosphate «taché de sang» du Sahara occidental, pourraient faire l’objet de poursuites judiciaires, selon le New Zealand Digital Scoop.

Plus précisément, deux sociétés (Ballance Agri-Nutrientes et Revensdown), qui investissent environ 30 millions de dollars dans l’importation illégale de phosphate du territoire occupé depuis longtemps, ont été impliquées ces derniers mois dans une polémique pour cette raison.

Le représentant du Front Polisario en Australie et en Nouvelle-Zélande, Kamal Fadel, a récemment déclaré que davantage d’actions en justice étaient envisagées contre ces multinationales.

Kamal allègue que «ce n’est pas une menace simple et non étayée, car elle est appuyée par une décision de justice en Afrique du Sud qui a empêché un chargement de phosphate à destination de la Nouvelle-Zélande en 2017».

«Si un procès devait avoir lieu demain contre ces entreprises, le Front Polisario gagnerait», estime le représentant du Mouvement de libération sahraoui.

Ravensdown et Ballance Argi-Nutrients, qui fabriquent 98% des engrais vendus dans le sud du pays, sont deux des principaux acheteurs du phosphate sahraoui, contrôlé par le Maroc, premier pays au monde dans l’exportation de ce minéral  .

Le Front Polisario affirme que l’importation de phosphate est tachée de sang car elle légitime l’oppression marocaine, fournit des armes pour contrôler les frontières, retarde le processus de paix et bloque la route vers un Sahara occidental souverain.

En outre, il allègue que les colons marocains, qui triplent déjà la population sahraouie indigène dans le territoire occupé du Sahara occidental, sont les principaux bénéficiaires de cette mine.  Et il blâme le gouvernement et le peuple de la Nouvelle-Zélande pour ce pillage illégal.

D’autre part, le président de Ballance Agri-Nutrientes, Mark Wynne, qui s’est rendu au Sahara occidental en juin 2018, espère que les mines de phosphate sont conformes aux lois et règlements aux niveaux local, national et international, ajoutant que  les bénéfices reviennent à 100% à la population locale.

Par sa part, Vera Power, présidente de la FANZ Fertilizers Association, financée par les deux sociétés impliquées dans les importations illégales de phosphate sahraoui, allègue qu’il s’agit d’un commerce légal et qu’il n’y a pas de place pour une action en justice.  Power, qui avait auparavant rencontré le Front Polisario, affirme que ce phosphate (extrait du Sahara occidental), en raison de sa qualité d’adaptation aux conditions de fabrication, est difficile à remplacer par un autre type de phosphate.

ECSaharaui.com: Le Front Polisario met en échec les sociétés importatrices de phosphate du Sahara occidental.