Le ministère des Affaires étrangères publie un communiqué concernant les derniers développements au Sahara occidental | Sahara Press Service

Le ministère des Affaires étrangères publie un communiqué concernant les derniers développements au Sahara occidental | Sahara Press Service

Bir Lahlou, 9 Avril 2021 (SPS)- Le Ministère des Affaires Étrangères de la RASD vient de publier un communiqué concernant les derniers développements au Sahara occidental dont voici le texte.

«République Arabe Sahraouie Démocratie

MInistère des Affaires étrangères

Communiqué

Le Maroc a essayé au cours des trois dernières décennies, avec un fort soutien, notamment de la France, d’enterrer l’accord de paix conclu avec le Front Polisario en 1991 et qui devait conduire à l’organisation du référendum d’autodétermination.

Bien que Hassan II, après seize ans de guerre dévastatrice et d’affrontements diplomatiques, avait conclu que le Maroc ne pouvait pas réaliser une victoire militaire et diplomatique à travers la guerre, son successeur, Muhammad VI et son équipe ont conclu à l’inverse.

L’accord de paix, que les deux parties ont signé et que le Conseil de sécurité a ratifié à l’unanimité, affirme dans ses paragraphes 4, 5 et 6 que le référendum d’autodétermination est une solution « consensuelle » , « pratique » et « réaliste » qui assure « l’approbation du peuple sahraoui » et en même temps » l’approbation la communauté internationale «.

La reprise de la guerre depuis le 13 novembre dernier étant la conséquence logique du désengagement marocain de l’accord entre les deux parties et des violations continues de la part de la puissance occupante, met le Conseil de sécurité face à ses responsabilités en tant que garant, à côté de l’Union africaine, de la mise en oeuvre dudit accord.

La République sahraouie considère qu’il n’est ni juste ni légal de punir le peuple sahraoui en l’empêchant de jouir de sa liberté, de ses droits inaliénables et d’avoir sa place parmi les peuples et les nations et ceci après trente ans de coopération active et positive avec les Nations Unies dans le cadre de ses responsabilités et de ses efforts visant à décoloniser le Sahara Occidental, dernier bastion du colonialisme en Afrique.

Trente ans d’attente pour que la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO) s’acquitte de sa mission d’organisation du référendum était une épreuve suffisante que l’Etat sahraoui et ses institutions ont pu franchir avec un succès total, prouvant ainsi leur grande capacité à garantir la sécurité et la stabilité sur l’ensemble du territoire national et aussi dans notre sous région dans le cadre de la coopération en matière de sécurité avec les pays limitrophes.

Face à l’obstruction marocaine du référendum, dont tout le monde connait la vraie raison qui réside dans la conviction de l’autre partie qu’il lui est impossible de le gagner, le Conseil de sécurité n’a dès lors pas la possibilité de se soustraire à ses responsabilités. Par conséquent, la légalité internationale en la matière doit être appliquée sans délai et la voie doit être ouverte à l’Etat sahraoui pour prendre sa place naturelle parmi les pays au niveau des Nations Unies, comme c’est le cas déjà au niveau de l’Union africaine.

Il est temps pour le Royaume du Maroc de s’orienter vers la paix avec la République sahraouie ainsi avec tous ses voisins, d’abandonner la politique d’occupation et d’expansion, d’agression et du chantage.

Le Royaume du Maroc doit cesser d’exporter ses crises internes par la création d’ennemis imaginaires afin de gagner du temps dans une tentative vouée à l’échec de légitimer son occupation car le prix d’une telle politique n’amènera pour le Maroc que davantage de pauvreté, d’illettrisme, de sous-développement et de dénuement.

Se taire face à la poursuite de l’expansion et l’agression marocaines et être complice de la volonté de Rabat visant à modifier ses frontières internationalement reconnues sont la cause de la guerre et de l’instabilité dans la région du Nord-Ouest de l’Afrique et demeure le seul obstacle à l’intégration économique, à la coopération et au développement.

La consolidation de la souveraineté de la République sahraouie par l’occupation de la place qui lui revient naturellement au sein des Nations Unies, après 30 ans de présence active et responsable en tant que membre fondateur de l’Union africaine, s’impose désormais comme riposte à la position de l’occupant marocain qui rejette le référendum d’autodétermination et s’impose également comme condition nécessaire pour garantir une paix juste et définitive offrant toutes les conditions de stabilité, d’intégration et de sécurité dans la région. Cette sécurité qui est constamment menacée en raison de la politique menée par le Royaume du Maroc visant à utiliser les drogues comme arme, à appauvrir la jeunesse, l’exclure, la pousser vers l’immigration clandestine ou dans les rangs des groupes terroristes, comme le confirment tous les rapports internationaux.

Bir Lahlou, le 9 Avril 2021″

SPS 090/110

Origen: Le ministère des Affaires étrangères publie un communiqué concernant les derniers développements au Sahara occidental | Sahara Press Service