L’Observatoire algérien de veille pour les droits salue la réinscription de la question sahraouie dans l’agenda de l’UA | Sahara Press Service

L’Observatoire algérien de veille pour les droits salue la réinscription de la question sahraouie dans l’agenda de l’UA | Sahara Press Service
 

ALGER, 09 Déc 2020 (SPS) L’Observatoire algérien de veille pour les droits de l’Homme et les causes justes a salué, mercredi, la réinscription de la question sahraouie dans l’agenda du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), exprimant sa «solidarité absolue et inconditionnelle au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination».

Dans des déclarations à la presse lors de l’audience que lui a accordée l’ambassadeur sahraoui à Alger, M. Abdelkader Taleb Omar, mercredi au siège de l’ambassade, la présidente de l’Observatoire, Mme Hamour Safia a souligné que la décision des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, lors du 14 e sommet extraordinaire de réinscrire la question du Sahara occidental dans l’Agenda du CPS sera susceptible de donner un nouveau souffle à ce dossier.

L’Observatoire a exprimé «sa vive préoccupation quant la situation prévalant actuellement au Sahara occidental », dénonçant les violations marocaines contre le peuple sahraoui ».

Il a plaidé, dans ce sens, pour la fin de l’occupation militaire illégale de territoires du Sahara Occidental, exhortant toutes les organisations internationales des droits de l’Homme à soutenir le peuple sahraoui.

L’observatoire a appelé, en outre, à la conjugaison des efforts pour un référendum d’autodétermination au Sahara Occidental, soulignant l’impératif pour l’ONU d’assumer ses responsabilités et de hâter l’organisation de ce processus.

Pour sa part, l’ambassadeur sahraoui s’est dit reconnaissant quant «à l’unanimité enregistrée en Algérie autour de la lutte légitime du peuple contre l’occupation marocaine», notamment en cette phase sensible, ce qui constitue « un appui fort » à l’Etat sahraoui qui «fait face aux manœuvres de l’occupation marocaine et ses subterfuges pour contourner le droit international.

L’agression militaire marocaine et sa violation flagrante de l’accord de cessez-le-feu signé en septembre 1991, ont remis la question sahraouie sur le devant de la scène et l’ont sortie de l’oubli, a déclaré l’ambassadeur Abdelkader Taleb Omar, appelant à la nécessité de « mettre fin à la provocation marocaine et de mettre en œuvre la légalité internationale, en permettant au peuple sahraoui de réaliser son autodétermination ».

Le diplomate sahraoui a salué les ‘’positions distinguée’’ des chefs et des gouvernements de l’Union africaine (UA) lors du 14e Sommet extraordinaire, notant que le Maroc a tout fait pour empêcher l’UA de participer à la résolution du conflit, «pour maintenir la question au niveau du Conseil de sécurité et la bloquer avec la complicité de ses alliés».

M.Abdelkader Taleb Omar a exprimé son vœu de voir «l’UA jouer pleinement son rôle avec la prise de décisions contraignantes pour dissuader l’occupant marocain et le forcer à se conformer à la légalité internationale ». (SPS)

Origen: L’Observatoire algérien de veille pour les droits salue la réinscription de la question sahraouie dans l’agenda de l’UA | Sahara Press Service